Capitaine Flirt et Adopte un Mec, ou les aventures extraordinaires des rencontres virtuelles

Un de mes premiers articles parlait du concept d’Adopte Un Mec et du pouvoir (réel ou ressenti) des femmes.  J’ai eu beaucoup de retours sur ce billet, notamment des retours d’amis hommes, parfois de ces mêmes amis rencontrés sur Adopte Un Mec.  Et le moins que l’on puisse dire est que les avis divergent !  Tous les hommes ne sont pas égaux sur Adopte Un Mec.

Au cours du Start-up Weekend à Lyon, j’ai eu l’occasion de rencontrer Capitaine Flirt qui a bien voulu nous donner quelques insights sur Adopte Un Mec du point de vue d’un homme.

Adopte Un Mec, selon le Capitaine Flirt.

Je suis arrivé dans le monde des rencontres sur Internet pas vraiment par hasard. A cette époque, je sortais d’une rupture sentimentale après une longue relation et moralement, j’avais un peu touché le fond. Du genre à se retrouver soudainement les yeux perdus dans le vide, le cerveau déconnecté et les conduits lacrymaux en train de se gorger de larmes. Et puis on fait le deuil de sa relation, du moins on croit l’avoir fait et on se dit qu’il est temps de tourner la page. Le seul remède que je connaisse dans cette situation, c’est de rencontrer quelqu’un. Mon cercle d’amis, et donc de rencontres potentielles, n’étant pas très étoffé et étant, malgré tout ce que l’on pourrait penser sur moi-même un peu introverti quand il s’agit d’aller vers les filles, je me suis tourné vers ce que je maitrisais le mieux : Internet.

AdopteUnMec (AUM) fut le premier site vers lequel je me tournai, dans le courant de novembre/décembre 2010. Il y avait un côté « fun » que l’on trouvait moins chez les
concurrents comme Meetic, que j’ai aussi testé par ailleurs. Chez les autres, le sérieux revendiqué faisait plus penser à des agences matrimoniales qu’à des catalyseurs simplistes de rencontre. Cette réflexion peut laisser penser que j’étais plus dans une optique de recherche de « plans culs » que de la découverte de la femme de ma vie. En réalité, je n’avais pas d’objectif prédéfini. Je considère que courir après l’amour, chose la plus intangible parmi toute, aurait été une erreur et m’aurait détourné de ce que je voulais impérativement : remettre du « plaisir » dans ma vie (plaisir à considérer dans sa première acception).

Ce qui me plait sur AUM, c’est de pouvoir utiliser la plupart des services et d’aboutir à des rencontres sans à avoir à débourser le moindre euro. Chose extrêmement rare de nos jours dans cet univers. Néanmoins, la politique du site a été pas mal bousculée ces dernières semaines, et, à moins d’être malin comme je le suis, il devient de plus en plus difficile d’exister sans payer. Mais nous y reviendrons plus tard.

Je dois avouer que si le concept m’a plu dès le départ, je l’ai finalement mis de côté en me reportant sur Meetic. A l’époque, l’application iPhone n’existait pas, la « clientèle » était moins fournie qu’aujourd’hui et je n’avais pas encore maitrisé l’ensemble des capacités offertes. Ce virage me fut d’ailleurs salutaire puisqu’assez rapidement je rencontrai une fille de Meetic avec laquelle je restai près d’un an.

Et puis rebelote, à nouveau une rupture (beaucoup mieux digérée pour le coup) et retour sur le « marché de l’amour virtuel ». Pressentant la fin de ma précédente relation,
j’avais jeté quelques coups d’œil attentifs sur l’évolution d’AUM ainsi que la nouvelle application destinée aux utilisateurs du téléphone à la pomme. Très rapidement après la fin de ma dernière longue aventure, je me lançai dans la recherche d’une compagne à durée indéterminée de manière efficace, bien aidé par mes 5 cinq charmes journaliers et la fameuse application qui permettait de contourner le blocage du site aux garçons qui ne payaient pas, imposé à partir de 18h00. Très facilement, j’ai donc pu enchainer les verres accompagnés par des demoiselles pas toujours charmantes mais à la compagnie toujours agréables.

En l’espace de 4 mois et demi, soit entre décembre 2011 et le moment où j’écris ces lignes, j’ai rencontré une petite quinzaine de filles différentes. Les résultats ont été
extrêmement variés, de la simple discussion autour d’une boisson qui n’ira pas plus loin à la relation d’un mois, avec toutes les possibilités envisageables au milieu. Je sais qu’il y a des curieux parmi les lecteurs et n’ayant rien à cacher, 4 rencontres issues du site ont été « transformées » par une relation sexuelle. D’autres auraient pu connaitre la même

destinée, mais, parce que la réciprocité de l’attirance n’était pas de mise de mon côté, je ne voulais pas profiter de la situation au risque de provoquer des souffrances en faisant le mort après l’acte chez la jeune fille.

En parlant de « jeune », cela me permet de rebondir sur la question de l’âge. En général, le public est assez jeune sur AUM, entre 18 et 30/35 ans. Il arrive aussi de trouver des personnes plus âgées – il m’est arrivé d’avoir une relation d’un soir avec une dame de 44 ans -, mais celles-ci ont plutôt tendance à rejoindre des sites plus connotés « sérieux » comme Meetic ou Attractive World.

Cela amène à se poser la question des motivations. Pour compléter les miennes, si je ne me courre pas après l’amour, je ne lui dirai pas non, non plus. Il m’est arrivé
de trouver une ou deux fois une fille à qui j’aurais pu dédier mon cœur si l’attirance avait été la même de son côté. Globalement, les motivations selon que l’on soit une fille ou un garçon sont très différentes. En ce qui concerne ces derniers, c’est principalement la recherche de chair fraiche qui est souhaité. Bien que beaucoup d’entre eux se présentent comme des gentlemen, c’est principalement leur cerveau pénien qui guide leurs actions et le contenu des conversations. Il n’est pas rare de lire sur un profil féminin « plan cul s’abstenir » en gros, bien en évidence. A l’inverse, les motivations des femmes sont plus partagées. On compte deux camps : celles qui croient encore en l’amour et les « carpe diem ». Les premières sont plus souvent des déçues de l’amour mais espèrent encore pouvoir trouver le prince charmant sur son cheval blanc. Malheureusement, ceux qui arrivent à faire passer leur monture par les ports USB se font plutôt rares. Les cendrillons du site rentrent plus souvent en citrouille qu’avec deux chaussures en verre aux pieds. Et il y a donc les « carpe diem », souvent plus jeunes et plutôt pragmatiques sur l’évolution des rencontres au XXIe siècle. Mais attention, si elles ne cherchent pas l’homme de leur vie, elles restent quand même exigeantes sur les caractéristiques de la future proie qui les accompagnera le temps que la lassitude fasse son effet.

Sur AUM, c’est la femme qui est censée avoir le pouvoir d’après le concept. Et c’est plutôt vrai dans les faits. Pour qu’un homme puisse leur parler, il y a deux solutions :
– soit l’homme envoie un « charme » à la demoiselle qui ensuite va regarder le profil de la personne en question et l’autoriser à lui parler, ou pas ;
– soit la femme au hasard de ses recherches tombe sur un profil qui lui plait et engage alors directement la discussion avec le garçon.
Quoi qu’il en soit, c’est donc en dernier recours toujours la fille qui décide de quoi sera fait l’avenir de la relation.

Avant le changement de politique du site, chaque garçon possédait par jour 5 charmes à utiliser ou bien un stock très très fourni, voire illimité, s’il payait. Désormais,
celui souhaite profiter gratuitement d’AUM n’a plus aucun charme et il devient donc plus compliqué d’attirer l’attention des prétendantes. Mais pas impossible. C’est là qu’arrivent à se différencier ceux qui choisissent de ne pas s’illustrer en montrant leurs pectoraux en se prenant à moitié nu devant la glace de la salle de bain, muscles saillants et huilés, mais plutôt en utilisant leurs capacités mentales pour écrire un profil original et rempli d’humour. Les filles y sont extrêmement sensibles et cela m’a permis de discuter avec plusieurs dizaines de filles sans avoir besoin de les charmer. Reste que le physique à toute son importance et qu’un garçon avec un physique avenant aura beaucoup plus de succès qu’un garçon moyen, avec pourtant le même profil. Je trouve toutefois cela réellement intéressant, sans parler de la notion de pouvoir exercé par les filles, car une personne moyenne comme moi aura l’occasion de s’illustrer si elle sait développer certains talents.

Mon avis sur AUM ? J’aime le fait que sans dépenser d’argent on peut arriver à obtenir des rendez-vous et rencontrer pas mal de personnes. J’aime aussi le côté décalé, « le pouvoir aux filles, les garçons sont des produits » que je trouve amusant et qui oblige à être inventif et créatif pour se démarquer des autres. C’est un exercice que je recommande à toute personne qui souhaite devenir vendeur. J’aime aussi la variété des profils que l’on peut trouver : skateuse, working girl, chic des beaux quartiers, maman (pour ceux qui sont intéressés), …

Ce que j’aime moins : les nombreux bugs qui viennent parfois bloquer des conversations (notamment avec l’application iPhone truffée de problèmes techniques). Une
volonté de plus en plus affichée de faire rentrer de l’argent. Pour les jeunes filles qui viennent de tomber amoureuse : découvrez son profil sur Adopte Un Mec !

Pour celles qui tentent (en vain) de comprendre l’autre sexe, rendez-vous sur son blog et retrouvez les joies et les déboires des rencontres sur le net 😀  J’en suis fan !

Publicités
Tagué , , , , ,

2 réflexions sur “Capitaine Flirt et Adopte un Mec, ou les aventures extraordinaires des rencontres virtuelles

  1. […] ma vision des rencontres, ma vision des relations.  Adepte des rencontres en ligne type Adopte Un Mec, je discrimine les hommes plus âgés.  C’est lamentable, mais après tout, il faut bien […]

  2. […] sur Internet.  Je vais laisser place à mon guest-bloggeur Capitain Flirt, qui après son billet Capitaine Flirt et Adopte un Mec, ou les aventures extraordinaires des rencontres virtuelles, revient pleins de nouvelles expériences (et rencontres !) nous faire part de sa sagesse Il y a […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :