Jour 1 : Bienvenue en Idiocratie

Hier, la France est morte.

La France à la hauteur de sa valeur : une France forte, une France travailleuse, une France internationale, une France ouverte, une France où l’entreprenariat se développe, une France qui connait la croissance, une France d’innovation, une France où être riche à la sueur de son front n’est pas une tare, une France moderne, une France qui n’a pas peur de changement, une grande France. Cette France est morte.

Les gens se sont massivement abstenus (quand vous regardez autour de vous, sur 10 personnes, deux n’ont pas voté) ou ont voté blanc (6-7%). La victoire d’Hollande n’est pas une victoire, c’est un vote par défaut, c’est le fruit d’un non-choix. Sarkozy, accablé par le anti-Sarkozysme de la presse (Libé écrit à sa Une « Normal ! » pour l’élection de Hollande, il est comparé au Maréchal Pétain, et le tout juste sur les dernières semaines, je vous passe tous les détails des 5 dernières années), arrive à réunir une quasi-majorité de Français. On est loin, très loin de ce que la gauche tentait de nous faire croire, que l’immense majorité des Français ne souhaitaient plus Sarkozy, qu’il allait se faire laminer. Gagner avec moins de 50% des votes, c’est loin d’une franche victoire, c’est une victoire opportuniste, sur un terrain miné par la crise, l’anti-Sarkozysme et la peur.

J’ai écrit un post précédement « Votez et taisez-vous pendant 5 ans« . Hollande, par jeux politiques et stratégies anti-patriotiques, a été élu. Il est notre président pour les 5 ans à venir. Alors je me tais. Mieux, je pars, j’irai créer de la valeur ailleurs.

Jour 1 : Bienvenue en Idiocratie

La bonne nouvelle du jour, c’est qu’il ne sera officiellement président qu’à la passation de pouvoir. Nous voilà dirigé par des gens qui n’ont aucunes expériences gouvernementales, qui ont une mentalité d’opposition et non de leadership (on l’a bien vu dans le fameux « Moi président », lui président, il sera tout l’opposé de Sarkozy, il se définit par opposition à son adversaire, et non en se décrivant lui-même et ce qu’il veut accomplir, comme un vrai leader aurait fait), qui n’ont pas été au pouvoir depuis plus de 15 ans, et surtout, surtout qui ont une idéologie dépassée, qui n’a aucun sens dans le monde d’aujourdhui (oui, ca marche très bien au pays des bisounours, je le reconnais).

Il nous reste 1826 jours à tenir. J’ai grand espoir pour la France, pour les législatives bien entendu, mais surtout, je crois que François Hollande sera incapable de faire de vraies réformes, et tant mieux, la droite perdra moins de temps à réparer ses idiocies quand elle reprendra le pouvoir. Tout ce qu’il peut faire pour la France serait le mariage gay, auquel la droite se refusait, et il en aura assez fait pour la France. Alors oui, il me semble que dans la situation actuelle, il vaut mieux rester immobile pendant 5 ans, que de reculer avec des réformes idéologiques qui appartiennent au passé. Croire que le gouvernement peut maitriser la vie de ses citoyens, ca ne marche que dans un pays fermé, comme il l’eut été plusieurs décennies auparavant où quitter le pays était une rude épreuve. Les frontières sont ouvertes dans les deux sens, partir n’est pas un problème. Croire que le gouvernement peut maitriser le commerce, ca marche dans une économie fermée, mais pas quand on appartient à l’Europe et à l’OMC et que nous croyons au libre échange. Croire que le gouvernement peut créer de la croissance en étouffant l’entrepreunariat d’administratif, d’inflation législative, d’augmentation du coût du travail et d’impôts, c’est tuer la création de valeur, c’est tuer la source de la croissance. Croire que le gouvernement doit assister ses citoyens, c’est avoir raté la seule idée valable de la Bible « donne un poisson à un homme, il mangera un jour. Apprend-lui à pêcher, il mangera toujours ». Croire que le gouvernement peut allègrement piocher dans la poche du contribuable advitam eternam, c’est ignorer la réalité économique de la taxation et des échappatoires (travailler au black, troc/échange de bons procédés, évasion fiscale etc…)

La France, tu l’aimes ou tu la quittes
Moi je l’aime, je l’aime tellement que je me dois de la quitter, car elle a perdu son âme, elle n’est pas à la hauteur de ce qu’elle peut réaliser pour la simple et bonne raison, c’est que les gens comme moi, qui aime travailler, qui souhaite créer leur entreprise (ou l’ont déjà créé), qui créé des emplois et de la valeur, ces gens-là, ils sont à Shanghai, ils sont à Londres, ils sont à Moscou, ils sont en Suisse, ils sont à Dubai… ils aiment aussi la France, et ils ont dû la quitter.

Je souhaiterai une France qui nous accueille, nous ses enfants expatriés, qui nous permette de réussir en France, qui nous permette de créer en France, qui nous permette de vivre du fruit de notre travail, qui nous ouvre les bras, qui crée un environnement fertile pour la création d’entreprises. Une France forte.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :